L’international, un fief de nouvelles opportunités pour les jeunes diplômés

L’attrait de l’international est vite devenu un sujet virulent auprès des jeunes. Certains partent à l’étranger pour une césure, pour améliorer son niveau de langue ou comme pour mon cas dans le cadre du cursus universitaire hors des frontières de l’hexagone.

Concernant les jeunes diplômés nous pourrions parler de « fuite des cerveaux », mais pourquoi ne pas voir ça d’un autre point de vue, comme un tour d’horizon vers de nouvelles possibilités.

Se redécouvrir dans un autre contexte

En lisant « nouvelles opportunités » vous vous dites surement que nous parlerons que d’un point de vue professionnel. Certes c’est un atout pour se lancer dans la vie laborale, mais au-delà de ça c’est aussi un voyage personnel pour se connaître et parfois même se redécouvrir dans un contexte différent.

Partir en laissant tout, famille, amis, pour aller à l’aventure dans un pays où l’on ne connait ni coutume ni vice, une autre culture parfois à l’opposé de celle que vous avez connue toute votre vie. Cela peut être effrayant au départ car vous arrivez le bagage plein de peur, de préjugés sur le pays, mais après plusieurs mois vous vous trouverez face à vous-même à devoir entreprendre une remise en question sur la vie que vous meniez.

C’est l’occasion de changer son quotidien morose, ses habitudes franco françaises. Imaginez-vous les hivers mexicains à 25°C en pleine journée, nous sommes d’accord que c’est incomparable avec le froid glacial de la métropole.

Prenez-le du bon côté ce voyage vous changera à vie ou du moins pour ceux à caractère plus docile pour quelques mois. Il fera ressortir en vous les qualités parfois les plus enfouies.

Pour ma part après de longues études, j’ai décidé que je méritais une petite évasion avant de foncer tête baissée dans la vie active et terminer ce cursus universitaire en beauté.

Qui sait ? Peut-être que ce séjour à l’étranger sera votre première brique à un mur tout tracé.

Une opportunité professionnelle

Contrairement à nos parents, notre génération rêve plus d’international, pour ma part j’ai entamé ma première expérience professionnelle à l’étranger, au Mexique.

Vous pouvez travailler dans une entreprise locale ou en contrat local comme moi. Mais pour ceux qui seraient plus portés sur le côté financier, faites un Volontariat International d’Entreprise.

Le contrat V.I.E c’est quoi ? Un contrat VIE est tout simplement un contrat jeune pour ceux ayant entre 18 et 28 ans qui souhaitent avoir une expérience significative dans un grand groupe français ou européen sur un projet à l’international.  Les contrats varient entre 6 à 24 mois.

Pour ceux pour qui le plan économique est important, soyez rassurés vous serez payés en euro, avec un salaire avoisinant celui reçu en France. Tout le salaire reçu est déduit d’impôts car pour l’administration française vous êtes en volontariat.

 

Constitution d’un réseau international

Que vous soyez en échange scolaire, stage ou bien employé, si vous donnez entière satisfaction lors de votre séjour, il se pourrait que les personnes vous encadrant ou tout simplement vos collègues soient amenés à vous recontacter ou vous recommander sur des projets. C’est un carnet d’adresse que vous vous devez de garder précieusement.

De notre génération vous pouvez garder aisément contact avec toutes les personnes rencontrées grâce aux réseaux sociaux, en passant par LinkedIn pour le côté professionnel ou avec Facebook pour le côté privé.

Sachez valoriser cette expérience à votre retour

De plus en plus d´entreprises cherchent des profils ayant une expérience à l’étranger, parler une langue étrangère n’est plus le seul atout que cherchent les recruteurs. Car un séjour à l’étranger est signe de capacité d’adaptation du candidat à un milieu différent de celui d’origine, avec une culture parfois complètement distincte de la sienne et révèle un gout pour les nouveaux challenges.

En effet les voyages amplifient des qualités souvent valorisées par les recruteurs comme l’esprit d’équipe, l’autonomie et la maturité. N’oublions pas qu’une expérience à l’étranger sur le plan professionnel nous ouvre vers de nouvelles manières de travailler.

En tant qu’ingénieurs vous serez amenés peut-être à travailler sous d’autres normes, et oui il n’y a pas que l’EUROCODE dans la vie chers collègues.

Mais pour autant est-il une exigence pour réussir ?

De plus en plus d’écoles ou d’universités orientent leur stratégie vers l’international, la grande majorité d’entre elles imposent pour certaines filières un séjour à l’étranger, pour ma part dans mon cursus Génie Civil il m’a été obligatoire d’effectuer un semestre d’échange.

Cela montre un désir de la part de l’enseignement supérieur de vouloir appuyer la volonté des entreprises de leur conquête vers le marché international.

Les séjours à l’étranger montrent que les jeunes sont ouverts au monde et mobiles, qu’ils n’hésitent pas à affronter l’aventure à l’extérieur, que l’international ne leur fait pas peur. Or les entreprises ont besoin de ces profils rompus à l’interculturel, capables de travailler dans différents pays, avec des interlocuteurs variés.

Alors n’hésitez plus partez ! Vous reviendrez plus mûrs, plus aguerris, instruits par l’expérience d’autres cultures.

 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s